Tristan et Yseult (*)

 

 

" Il me plait et si vous voulez,

Je vais vous parlez des amants

Connus pour leur amour parfait

Qui leur valu tant de tourments.

C’est une véritable histoire !

 

Des amants unis par la peine

Par la magie et par la mort.

Venez et écoutez l’histoire

De Tristan et Yseult la Reine.

 

Je vous demande de me croire… »

 

 

 

L’histoire de Tristan et Yseult fait partie de notre patrimoine culturel. Elle reste très connue du grand public. Nous avons voulu lui redonner sa dimension historique en l’adaptant sous la forme ancienne du lai du moyen-âge, à savoir un poème en octosyllabe.  

Avec comme point de départ le lai du chèvrefeuille de Marie de France, nous avons choisi dans le vaste récit du roman de Tristan et Yseult de mettre en vers six épisodes, afin de le rendre accessible et dynamique.

Ce poème contemporain fait résonner notre passé et dévoile le caractère universel de ce mythe. La théâtralité qui s’en dégage rend les personnages vivants en nous dévoilant leur humanité. Ces héros figés dans le marbre de notre histoire culturelle prennent vie et notre passé vibre dans notre présent. 

Un souffle, une respiration parcourent le poème et donnent au récit sa dimension épique et tragique. Des images, des lieux, des personnages apparaissent et l’émotion jaillit. Le vers de huit pieds est proche du rythme de la parole et permet une infinité de nuances, allant jusqu’à l’incantation. La magie du philtre d’amour et la sorcellerie sont alors palpables.

Cet aspect est renforcé par la présence de chants et d’instruments médiévaux. La musique comme une évocation, plus qu’une illustration, vient soutenir le travail d’interprétation et de musicalité de la langue. Elle crée une ambiance et souligne la tension dramatique. La prosodie de l’octosyllabe est alors sublimée.  

Pour que le spectateur puisse libérer son imaginaire et se laisser traverser par l’histoire, nous avons fait le choix d’un dispositif scénique simple s’adaptant à tous les lieux:

les deux musiciens et la conteuse sont aux pupitres. 

Le spectateur voyage alors dans la musique du texte et des instruments…comme au temps des trouvères. 

Anne Thunin: récit

Juliette Leroy: voix, organetto et percussions

Stéphane Hocquet: lyre, citole, cithare, flûtes et percussions

* : en association avec la Cie Onimagine

Spectacle joué au Off du Festival d'Avignon 2019

DSC05533-001 copie.jpg
DSC05519-001 copie.jpg
DSC05536-001 copie.jpg
90959265_769296866811263_535840707829982